• Enregistrer en favori cet article
  • Envoyer cet article à un ami par e-mail
  • S'abonner au flux RSS d'actualité de Cholet
  • Partager cet article sur Wikio
  • Partager cet article avec mes amis sur Facebook
  • Partager cet article sur Scoopeo
  • Partager cet article sur del.icio.us
  • Ajouter aux favoris Google
  • Imprimer cet article
Ouest-France
Actualité Maine-et-Loire
jeudi 07 mai 2009

Les camarades tiennent à leur café associatif

Les adhérents de l'association des Amis du Lenin café se serrent les coudes face aux mécontentements de quelques riverains.

« C'est un lieu d'expression et d'ouverture ». À Chalonnes, les défenseurs du Lenin café montent au créneau.

Ils ne veulent pas dire good bye à Lenin. Et encore moins au café qui porte son nom, à Chalonnes-sur-Loire. Clients fidèles, ou touristes de passage conquis par les lieux, ils sont aujourd'hui un millier à adhérer à l'association des Amis du Lenin café. Et à clamer haut et fort la nécessité de conserver ce bistrot atypique, mêlant culte du père de la Révolution russe et animations culturelles.

Ouvert en 2005 dans une ancienne fermette de la Basse-île, le Lenin café a très rapidement rencontré un fort succès. Mais l'engouement ne fait pas l'unanimité parmi les riverains, habitués jusque-là à leur tranquillité. Certains ont fini par se plaindre, du bruit en particulier. De l'affluence des voitures aussi, sur l'unique petite route.

« On veut bien croire qu'il y a eu quelques nuisances sonores », reconnaît l'un des membres de l'association. Mais actuellement, à 22 h, voire 23 h, c'est terminé. » Les adhérents assurent avoir fait des efforts. Pour le stationnement également. Un parking a été aménagé derrière l'établissement. Prévu les 13 et 14 juin, le prochain festival Lenin en île, lui, se déroulera sur un terrain municipal.

Malgré tout, « les habitants de l'île ne viennent plus au Lenin », constatent les adhérents. On laisse entendre que la présence du café-concert dérangerait doublement compte tenu de sa couleur... rouge. Pourtant, nul besoin d'avoir sa carte du parti pour entrer dans le cercle, ni d'avoir connu 68. « C'est un lieu d'expression libre et d'ouverture, de partage citoyen. » Le Lenin café est même devenu un des repaires de Là-bas si j'y suis, l'émission de Daniel Mermet, diffusée sur France Inter.

 
Ouest-France